Vertical Raid Orb

Par Lode

Quand Francis m’a demandé de faire ce raid avec lui, j’ai hésité un peu car d’habitude je les fais avec ma douce et tendre. Puis il a trouvé un partenaire. … Quand son partenaire a déclaré forfait pour cause de vacances, j’étais content de pouvoir prendre sa place (Sandra était censée le faire avec une copine …)

Venons -en à la course.

Avec Francis, on s’était mis d’accord : pas de concurrence, pas de stress, on sera premiers masculins de toute façon. Lui, pas entraîné, moi blessé, on avait décidé de faire le trail en marchant.

Ça démarre à 14h15 par une petite co dans l’ordre dans Le Poujol sur l’Orb, et ils nous font tourner un petit peu en rond. On part dans l’ordre des dossards toutes les vingt secondes, juste derrière l’équipe de Laurence qui était venue représenter les dames du Cote66. On galère un peu sur la course à pied et on se fait déjà doubler par presque toutes les équipes.

Quand on arrive au canoé, on traverse la rivière (ils avaient annoncé qu’on se mouillerait les pieds) avec de l’eau jusqu’aux fesses. Le peu de courant qu’il y a dans l’Orb en cette saison nous fait paraître ces 6 km de canoé interminables et même que Francis a failli donner à manger aux poissons, mais on a fini par retrouver le doigt de pointage dans l’embarcation …

Puis c’est le trail ; qu’elles sont lourdes les chaussures ; et le cuissard qui traîne presque par terre tellement il est gorgé d’eau ! Et que c’est long (en trottinant de temps en temps) les 2 km de voie verte qui nous amènent au départ des gorges de la Colombières où Muriel nous accompagne sur quelques foulées. Ils nous avaient promis un trail « ascensionnel » et c’est vrai que dans ces magnifiques gorges on va prendre 600 de D+ en mode rando, disons semi -rapide.

En sortie de gorges encore une longueur de sentier descendant où on aimerait courir (mais mon médecin me l’a interdit ; je ne vous dis pas son nom, j’en connais qui seraient capables de me dénoncer). Cela nous amène au col où Mumu a déposé les vélos. Il était prévu une VTTO ordre imposé, mais avec la pluie qui s’est mise à tomber et la technicité promise sur la liaison VTT, nous décidons d’attaquer de suite vers la dernière balise VTTO qui est obligatoire. On évite la pénalité maximale en prenant deux balises au passage, puis on attaque la descente. C’est vrai que le tracé enduro nous fait poser souvent pied à terre, tellement les pierres sont devenues glissantes avec l’humidité, mais nous nous régalons dans le sous-bois où la terre n’est pas encore devenue boue !

Fin de descente à 19h04 ; ça nous laisse 26 minutes pour faire la co au score dans Lamalou. Je crois qu’on rentre dans les temps avec nos 6 balises pointées. Quelques kilomètres de voie verte à vélo, puis trois fléchettes chacun et on a fini notre parcours.

Bien trempés et gelés malgré des températures assez clémentes, on n’est pas mécontents de se mettre au sec pour savourer notre premier raid ensemble. Peu de concurrents ont pu pointer toutes les balises tant le trail était long ; on aurait pu en prendre un peu plus en vtto cars elles étaient « chères » mais l’incertitude de la descente nous a sûrement fait faire de mauvais choix. On ne pourra que mieux faire ; n’est-ce pas Francis ?

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire