Entrainement en Cerdagne

Journée convivialité de mi-saison 2020

Pour clôturer la mi-saison et remettre tout le monde sur les rails, le Cote66 a décidé de monter sur les hauts plateaux pour courir au frais et profiter de ces magnifiques terrains.

N’ayant pu résister au plaisir d’accueillir mes camarades et de m’exercer au traçage sur une aussi belle carte, je me suis porté volontaire pour organiser la course du matin.

Monté la veille au soir je profite du beau temps et des dernières heures de lumière pour aller tâter le terrain et poser les balises les moins loin du parking où je me suis installé. Je ne suis pas déçu, la forêt est magnifique, les courbes sont douces et nombreuses, difficile de se repérer après 6 mois d’abstinence. On ne peut même pas compter sur les rochers pour se situer, ils sont innombrables et il me faut du temps pour « rentrer » dans la carte. Je constate aussi que les pistes/sentiers sont bien plus discrets qu’il n’y parait sur la carte.

L’angoisse de faire un erreur de pose commence à me titiller, je fais de nombreuses triangulations pour assurer mon coup mais finalement je pose mes 7 balises, le départ et l’arrivée sans problème avant la nuit. Je rentre à mon camping-car, enfin ma camping-voiture, installée à coté de la « Ferchaud mobile » qui s’est déjà installé là. Il se prépare mentalement pour la course de demain, pas question de démériter, il court sur le Long, 6 mois qu’il attend d’en faire une de vrai CO sur le terrain, il ne veut pas passer à coté! Je dine, je prépare mes cartes, la pendule et au dodo.

Samedi matin réveil 7h, un petit tour à la boulangerie pour petit-déjeuner et retour en forêt. Il me reste 17 balises à poser en 3h sur un terrain inconnu (ou si peu).

Dès le premier poste j’ai du mal à prendre confiance en moi, je ne suis pas certain de mon point de départ, ça va m’angoisser un bon moment. Si bien que j’en viens à me dire, à la 4ème pose, que si ça se trouve je crois être à un endroit mais je suis totalement ailleurs! Mais non, ça va, je finis par reprendre confiance et enchaine les poses. Ce qui ne m’empêche pas de faire encore de nombreuses aller/retour pour être sûr, pas question de foutre la journée en l’air par une erreur.

10h, j’ai terminé, content d’être à l’heure et satisfait de ma pose, je crois que tout est bon…on verra bien!

Les premiers coureurs sont déjà là et affluent vers le départ. Je les rejoins, installe l’atelier, fais un petit briefing et les premiers partent. Une fois le dernier lâché je profite d’une petite demi-heure de liberté pour aller faire quelques achats pour le déjeuner de ce midi à la Ferme du Rialet: 3 demi meules de fromage, brebis, vache et 3 laits. Quand elles sortiront à l’heure du repas elles feront leur petit effet, nombreux sont ceux qui en reprendront.

31 personnes ont pris le départ, je suis ravi. Quelques uns reviennent déçus mais globalement c’est une réussite, beaucoup de sourires à l’arrivée. Nous déplorons un blessé grave en la personne de Juju, pseudo fracture presque ouverte, le diagnostic est engagé; enfin il l’était jusqu’à l’heure des cabanes en tous cas! Merci pour le sauvetage Didier. Vincent, Fabrice, Francis, Stéphane, Jacques et Pierre se portent volontaires pour débaliser, merci à eux.

Nous partons alors à la base nautique de Matemale fêter à la fois nos retrouvailles et la reprise… et la pause de l’été.

Caroline a encore fait les choses en grand, le club offre les boissons et le dessert concocté par notre miss convivialité: des rousquilles maisons. Délicieuses. Merci Caro. Chacun a amené sa spécialité, on se régale.

La journée se poursuit par des parties de tir à l’arc, de molkki et de pétanque où certains essaient de compenser les mauvais résultats du matin par des victoires aux jeux d’adresse.

Voilà donc une étrange demi-saison qui se termine de belle manière. Vivement la reprise de septembre!


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire