Leucate 8 février 2020 Par Olivier Souquet

Leucate 8 février 2020

par Olivier Souquet

A l’issu de l’entrainement d’orientation de Leucate de ce jour de février j’avais promis au père Ferchaud de pondre un petit laïus à sa gloire. Le temps a passé et ma fonction de confiné m’a fait retrouver le brouillon auquel je n’avais finalement pas donné vie.

(Cliquez sur les liens pour vous cultiver!)

Le voici dans sa version  censurée mais remise au gout du jour. A lire bien entendu au 2ème voire 3ème degré (et sans Boussole mais éventuellement avec l’Astrolabe cher à Monsieur de La Pérouse dont on ne sait pas où il est passé… un peu comme moi sur les courses) 
« De deux choses l’une : ou bien Christian Ferchaud  est un con, et ça m’étonnerait tout de même un peu, ou bien Christian Ferchaud n’est pas un con, et ça m’étonnerait quand même beaucoup. »
( emprunt à P.Desproges sans son autorisation – pour les plus jeunes à noter que seul Christian peut connaitre ce personnage car son cancer l’a emporté avant que les autres Cote66 ne puissent profiter de ses bons mots)

Donc oui je vous le dis Christian Ferchaud est un con! Et c’est pourquoi j’ai décidé à l’unanimité de moi même de le nommer vice président du Cote66, à vrai dire plus « VICE » que « président ». En effet lors de son entrainement sur Leucate cet homme vil n’a rien trouvé de mieux que de donner des cartes sans chemins! Aussi, alors que je trouvais assez vite ma première balise j’ai du me recaler 4 fois pour trouver la 2ème sans pour autant réussir et finalement devoir me résoudre à basculer sur les suivantes. Croisant quelqu’un que je connaissais sur les chemins, j’ai du sauter dans un fourré avec le regard assuré et le mollet affuté pour feindre un poinçonnage de balise alors même que j’étais incapable de savoir si je me trouvais à Coustouges ou à Fontjoncouse!
Ensuite, malgré un temps radieux propre à fabriquer des virus, j’errai piteusement dans la pampa la plus sordide et piquante, croisant même des touffes de Salsepareilles sans que le moindre Schtroumpfs ne pointe son caleçon blanc, ou rouge si le chef est par là.
Enfin, alors que j’aurai pu être étendu sur l’herbe à plus d’1 km de chez moi, je recroisais cet odieux personnage n’ayant pas eu de meilleure idée que de faire un parcours en 8. Et c’est à cet instant que, pensant l ‘étrangler, j’ ai eu l’idée de ce petit texte .

Ou alors Christian Ferchaud n’est pas un con et peut être est ce la vérité car lorsque j’ai repris la course avec la 2eme boucle j’ai trouvé ma première balise qui était en fait la même que ma première de la première carte… ce qui n’est pas possible et qui m’a donc fait comprendre que, grosse nouille confinée que je suis, je m’étais trompé sur ma toute première balise; impliquant la suite dramatique de mon épreuve au sens propre. Donc l’homme que je venais d’insulter dans ma tête durant 50 mn n’était pas fautif.

Enfin il a quand même enlevé les chemins puis fait débaliser alors que j’étais sur le circuit ! (je n’ai donc pas trouvé les 3 dernières balises)
De plus et je vous le dis, car j’en suis sûr à présent, Christian Ferchaud n’est pas un con. Lors de l’épreuve d’orientation sur neige de Font Romeu, épreuve catalano -catalane où il ne fallait pas dire du mal du Barça.

Christian Ferchaud, toujours lui:

  • ne m’a presque pas rappelé que lors de la précédente édition j’avais perdu mon doigt et que j’avais du refaire 3 km pour le retrouver !?
  • bien que très étonné de voir que j’avais trouvé toutes les balises dans le temps imparti, m ‘a félicité de cet exploit !?
  • a déplacé sa voiture pour me libérer du parking vu qu’un idiot s’était garé derrière moi !?

Voilà donc mon compte rendu qui sera j’espère plus court lorsque l’on pourra courir plus d’1h et se rouler des pelles FFP2 contre FFP2 .

Olivier Souquet

Print Friendly, PDF & Email