Rogaine et course longue distance dans la forêt de Bouconne

Rogaine et course longue distance dans la forêt de Bouconne

Les yeux encore embués de sommeil, nous nous retrouvons à 6h ce samedi 17 novembre pour covoiturer vers Toulouse Vincent, Fabrice et moi. Le débriefing était censé être à 9h mais nous sommes quasiment les premiers arrivés et on est un peu dépités de voir que le départ aura lieu à 10h. On se remonte le moral comme on peut, il fait froid et humide.
9h45, c’est parti pour un peu de marche vers le départ suivie du débriefing : nous sommes par équipes de 3, une carte chacun, nous ne sommes pas obligés de rester ensemble mais 4 balises doivent être poinçonnées par tous les membres de l’équipe. 1h30 maximum. Il faut signaler que nous jouons hors compétition car il s’agit d’un challenge inter entreprises avec maximum un licencié par équipe. On le fait donc pour le plaisir. Au top départ, la meute s’élance pour 500mètres de course à pied avant de prendre les cartes. Là, on se pause et on coupe la carte en 3 zones, la plus loin pour Vincent qui court le plus vite. On note sur chaque carte les balises obligatoires (43-47-58-68) et nous voilà partis.
On nous avait prévenu que la carte n’était pas vraiment à jour et je le constate à mes dépends en essayant de suivre une limite de végétation, mais une fois cet état de fait pris en compte, les balises s’enchaînent. Je termine à fond car je suis limite sur le temps, en laissant les 3 dernières de mon parcours, proches de l’arrivée, par manque de temps et j’ai le grand bonheur de voir que Fabrice, qui avait lui trop de temps, les a faites. On termine dans les temps, seule équipe à avoir ramassé toutes les balises. Cela fait plaisir.
L’après-midi, Fabrice nous fait visiter Toulouse mais nous sommes obligés de nous réfugier dans un bar car il se met à pleuvoir fort. Quelle bonne excuse ! Le soir, on refait la course maintes et maintes fois en analysant les erreurs pour ne pas recommencer le lendemain, Fabrice nous cuisine un fabuleux repas à partir de 3 fois rien et on finit par une partie de tarot pleine de suspens.
Le lendemain, course longue distance au CN. Le temps est moins froid, la pluie s’est arrêtée ; Vincent et moi, nous décidons de tomber la veste mais il ne fait quand même pas bien chaud.
Dès le départ, Vincent, parti en même temps que moi, fais une jolie glissade sur le chemin ultra boueux qui mène à la balise départ, heureusement, après cela s’améliore. Je prends beaucoup de plaisir dans cette forêt. Nous n’avons pas l’habitude de courir sur ce type de terrain. Je suis partie la première, je suis seule au monde, bref … je profite. Pour aller de la balise 1 à 2, je choisis la sécurité en prenant la piste noire en trait plein. Choix judicieux pour courir mais ce n’est pas très plaisant. Les balises s’enchaînent sans souci à l’azimut en permanence à partir de la balise 2. En général, elles se voient de loin … mais pas toujours. Je commets une erreur de la 9 à la 10. Je choisis de prendre le chemin à l’est de la 10 avant de piquer plein ouest. Je passe à côté sans la voir, je fais demi-tour et l’aperçois qui me tend les bras. Au moment du beep beep, je vois 5 coureurs accourir vers moi … je ne suis pas la seule à avoir fait une erreur sur ce coup. J’entends Robert râler que la carte est mal faite et la balise mal placée mais non, c’est seulement nous qui ne sommes pas au top.
A l’arrivée, je sais que je serai mal classée car la course était très rapide, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à courir en forêt sans être obligée de faire attention aux cailloux qui peuvent rapidement mettre une cheville ne l’air.
Vincent termine à la première place de son circuit. Fabrice a commis 2 bêtises qui lui ont fait perdre beaucoup de temps.
Merci au TOAC pour ce week end.
Karine

Print Friendly, PDF & Email