Raid des dentelles par Delphine et Diego 25/03/2017

Nous décidons de nous retrouver la veille du départ chez Didier avec Teddy où nous avons passé environ 1h30 à comprendre comment charger 4 vélos sur un porte vélo à 3 places ,tout ça accompagné d’une pluie battante, je vous raconte pas le sketch, ce qui nous met sérieusement en doute pour prendre la route le samedi matin pour aller à Cabrières-d’Avignon, Delphine appelle l’organisation pour confirmer que le Raid aura bien lieu, car nous pensons réellement que le mauvais sort est jeté sur nous,après ce que nous avions vécu au Vintrou…

Le lendemain le départ pour 3h de route est donné à 6h car il fallait y être tôt  pour le retrait des dossards et la pause des vélos au parc qui était situé à 2 kilomètres et peut-être manger un bout avant que l’on se lance dans cette aventure. Nous faisons ainsi route sous une pluie torrentielle jusqu’à Montpellier où nous étions inquiets dû à la quantité d’eau qui tombée..

 

Mais nous apercevons une accalmie ce qui nous redonne espoir, arrivés sur les lieux nous allons retirer les dossards, puis retournons nous changer et préparer les vélos, à ce moment la pluie revient de plus belle, elle nous accompagne jusqu’au parc à vélo et la redescente à la voiture Où nous pensions manger la salade de pâtes que j’avais préparé la veille, mais l’heure est passée à une vitesse que teddy et Didier devaient aller Au briefing du long…

Le départ est donné à 11h et nous attendons le notre prévu pour midi, tellement concentrés pour ne pas avoir froid que nous oublions de manger, les mêmes symptômes qu’au Vintrou m’ envahissent.

Ainsi midi sonne et nous démarrons la course, petit trail jusqu’à la recup des cartes pour une CO papillon dont le principe est de dispatcher les coureurs dans tout les sens pour ne pas se suivre. Les premières balises se passent s’en encombre rentrant de suite dans la carte sauf sur la 10 où je me suis décalé sur un muret ce qui nous fait perdre 20 min…

Retour au parc à vélo où nous nous laissons dans un parcours sympathique remontant un fleuve dû aux intempéries, ironiquement parlé car les chemins étaient plein d’eau, on s’en sort tant bien que mal jusqu’à la deuxième CO dans un village magnifique où le temps se fit plus clément, Delphine commence à avoir des crampes mais ne lâche rien, nous continuons une autre section VTT qui démarre sur une montée vraiment costaud et bien sûr tout le parcours était boueux, jusqu’à une section qui était vraiment roulante où j’entendais derrière moi des petits cris de joie que Delphine laissait échapper car elle se régalé… nous arrivons sur le Trail’O qui nous fait descendre dans un énorme rentrant pour suivre un petit sentier qui nous ramena en haut d’une crête nous faisant forcer un petit peu beaucoup quand même, ce qui me laissa indécis sur le choix de l’itinéraire mais reprenant mes esprits nous attaquons le retour au parc à vélo pour enchaîner sur une descente vraiment technique car l’eau la rendait très glissante, j’encourage Delphine lui annonçant que le tir à l’arc était pas loin ce qui lui tardait depuis le départ, mais je voyais qu’elle commençait à tirer la langue, arrivés pour lancer les flèches elle manque de concentration et place les trois flèches hors cible ce qui me mis en difficulté pour ne pas prendre plus de pénalité, mais chance est telle que les miennes se placèrent dans le mille ce qui nous fit juste une minute de plus pour finir sur la CO village et arrivée en 5.30, derrière la difficulté du parcours et du temps nous sommes comptant de l’avoir fait, nous sommes à la 35 places générale et 10 mixte, nous perdons pas espoir et nous projetons sur le RAID du LEVEZOU… Pour Didier et Teddy je leur laisse faire le commentaire de leur course…

Pour ma part je suis allé retrouver mes origines au sport le 9/04 en me lançant sur le Marathon de Paris sans me fixer d’objectif avec des collègues Pompier de la caserne de Perpignan Nord finissant l’épreuve en 3.18 ce qui me laisse croire qu’il m’en reste encore sous le talon…

 

Print Friendly, PDF & Email