Compte rendu CO du Vintrou par Diego

Nous voilà arrivés au Vintrou petit patelin que nous avions déjà rencontré l’an dernier.Mais cette fois ci les conditions météorologiques étaient catastrophiques! 

Deux années que nous sommes accueillis avec la pluie ! Sûrement un petit Hameau où Il fait bon vivre quand le soleil est présent.

Nous croisons Olivier et Jérôme à la vérification des inscriptions, quelques taquineries fusent, mais nous sentons avec Didier qu’une certaine envie de compétition ronge nos amis costiens… 

Pour notre part nous étions dans l’esprit de faire cette Course comme un entraînement, pour se perfectionner dans cette végétation.

Tout le monde embarquent dans le bus qui nous amène au milieu de nulle part, des virages s’enchaînent, le chauffeur tourne et retourne, heureusement que le petit déjeuner ne fut pas copieux!
 Nous voilà au point de départ, le briefing se passe dehors, je commence à trembler, me voilà pris d’une envie de danser du Elvis Presley , les genoux partent dans tous les sens, les mains virevoltent devant moi, le briefing est hachuré par les dents qui se mettent à claquer

Bref… il faisait hyper froid…

Le départ est donné, nous attaquons la première côte pour semer l’écart et surtout suivre les leaders! Les premières balises s’enchaînent sans soucis et nous étions à peu près dans la carte.

 Didier confiant nous poursuivons cette quête.

Les six premières se font au peloton de tête, puis on se retrouve tout seul pour aller chercher la sept, Didier me signale que l’on démarre notre CO maintenant ,OK…!

J’entreprends donc la suite pour aller chercher la huit  à l’azimut, nous atterrissons dans un terrain qui me semblait être le bon, j’analyse la carte indique le croisement d’un ruisseau. Didier hésite nous n’arrivons pas à se caler…

Le vois partir sur un chemin descendant mais on jardine je le laisse diriger et nous entamons le tour d’une piste pour atterrir sur la huit où nous croisons Jérôme et Olivier qui repartent!

Quelques minutes de perdues mais qui nous permettrons de se retrouver et de poursuivre la course avec nos amis du club .

Quelques gamelles en cours de route bien sûr pour ne pas déroger à nos habitudes…

 Nos chemins se séparent car Jérôme et Olivier décident de prendre un itinéraire différent.

Mais nos chemins se recroisent à la douze ,et nous faisons la route pour aller chercher la treize.

 ce poste de contrôle du on nous signal que nous sommes  troisième …??? JÉRÔME ET OLIVIER ou DIDIER ET MOI???

Les choix sont décisifs car pour aller à la quatorze mais l’écart se creuse en les  voyant s’éloigner.

Le mental  et les jambes nous permettent d’ arriver sur eux pour prendre la quinze …

Didier prends la décision de récupérer la route ce qui nous permettrait d’allonger la foulée… effectivement nous poussons le compteur à 12, 13 KM/H dans la montée et 14 ,15 voir plus !

Didier me confie la puce voyant que j’ai un peu plus de jambes, et que d’autres équipes sont en train de remonter!

Pour la 20 je m’accroche aux baskets de ceux qui nous doublent car j’étais perdu sur la carte ,je me retourne vers Didier qui valide ! j’avais les jambes mais pas la tête!

Nous traversons des broussailles qui me remettent sur la carte ( à peu près ), mais on ne lâche rien !

Balise 21,que l’on voit en contre bas, l’un de nos adversaires entreprend une magnifique roulade devant moi , ce qui me laisse l’avantage et je poinçonne la balise avant lui!

 Pour la 22, sachant que c’était la dernière ligne droite j’accélère mais en descente avec la chaussée mouillée , un croisement sans signaleur à 2 mètres de la dernière balise ,je relâche et je me fais doubler à 0,02 SEC  !

La troisième place nous passe sous le nez!

Mais derrière nous à 7 min et 32 sec  Olivier et Jérôme arrivent pour un podium en première place dans leur catégorie.

Nous retrouvons enfin nos habits secs et chauds pour déguster une bonne soupe après 2:41.05 dans le froid ,la pluie et le vent.

Print Friendly, PDF & Email