Courses des 9 et 10 avril au Caylar

Des cailloux, des cailloux et encore des cailloux, voici ce que nous découvrons quand nous prenons la carte de la longue distance du Caylar.

Caressés par un vent violent et froid, nous partons à l’assaut de ce paysage si particulier. Les plus jeunes s’en sortent très bien, mais les plus âgés ont plus de mal et les PM sont plus nombreux que d’habitude.

Rien de tel qu’un bon repas le soir pour commenter les tactiques adoptées, les kilomètres parcourus inutilement, les angles d’attaque pas si d’attaque que ça, l’absence de repères familiers comme nos chers murets de pierre. Pas même un orry au milieu de ces cailloux !

Chacun part se coucher avec la résolution de faire mieux le lendemain.

Dimanche : Premier point positif, le vent est tombé et le soleil est présent … pour la course car les organisateurs débaliseront sous la pluie.

Cette fois-ci, les balises s’enchaînent avec plus ou moins de succès. Seul Diego fera pm, erreur de débutant à l’arrivée qu’il retiendra pour les prochaines courses.

Comme la veille, je perds 25mn sur la balise 3 parce que je m’entête à chercher la balise là où elle n’est pas plutôt que de me remettre en question. Tout ça parce que j’ai vu un trou et que je suis persuadée d’être là où je ne suis pas … (tu vois Christian, moi aussi je philosophe).

Au final, c’est Vincent le plus heureux car il termine premier de son circuit et repart avec une jolie coupe, une sucette et 2 fraises « beep » (publicité interdite).

Karine

20160410_131244

Print Friendly, PDF & Email